Lire en français : Où et comment porter plainte ?

Where and How Should I Begin a Complaint?

Your human rights are protected in a number of different pieces of legislation and varying jurisdictions. As a result of a federalized system of government with a division of legislative powers, human rights statutes have been enacted in Canada at the federal, provincial and territorial levels.

Human rights protections are not limited to pieces of federal and provincial legislation. Human rights have been more fundamentally protected after the constitutional revisions of the Constitution Act in 1982, more specifically, the Canadian Charter of Rights and Freedoms. These three main sources of human rights will be described in more detail.

Federal Human Rights Protection

The federal Canadian Human Rights Act applies to federal government departments and agencies, Crown corporations, and federally regulated businesses (i.e., banking, transportation and broadcasting), a simple example would be Canada Post. The federal Canadian Human Rights Act serves as the home statute, or governing legislation, for the Canadian Human Rights Tribunal, which is less formal and less expensive, as well as faster than the full adjudicative court process.

The Canadian Human Rights Tribunal website can be found here and provides a guide for how to initiate a complaint or application. A comprehensive list of their decisions can be found on CanLii free of charge. Their enabling statute, the Canadian Human Rights Act can be found here. The Canadian Human Rights Commission promotes the mandate of the Canadian Human Rights Act and encourages the vision of an inclusive society free from discrimination, their website can be found here.

Provincial Human Rights Protection

All Canadian provinces and territories have their respective human rights codes and tribunals that hear human rights matters. While federal human rights have jurisdiction over federal business, provincial human rights regulate other businesses and service providers. However, both federal and provincial human rights law prohibit discrimination in all aspects of employment; the leasing and sale of property; public accommodation, services, and facilities; membership in labor unions and professional associations and the dissemination of hate propaganda.

The Canadian Human Rights Commission provides an illustrative example, if you had a complaint about a practice at a band office on a First Nations’ reserve, which would fall to a federal human rights tribunal, whereas a complaint against a privately-owned gas station on a First Nations reserve would fall to a provincial human rights tribunal.

Another telling example from Nancy Holmes;

“A landlord of an apartment building in Vancouver refuses to rent to an Aboriginal person. A complaint of discrimination would have to be made to the British Columbia Council of Human Rights, as this is a case of discrimination by a private individual; it is neither sanctioned by law nor by the government. Because private apartment rental is a matter of provincial jurisdiction, recourse would be to the appropriate provincial, as opposed to federal, human rights commission.”

The Canadian Charter of Rights and Freedoms and the Constitution Act (1982)

Section 52(1) of the Constitution Act 1982 states that “The Constitution of Canada is the supreme law of Canada, and any law that is inconsistent with the provisions of the Constitution is, to the extent of the inconsistency, of no force or effect.” This constitutional primacy in conjunction with Section 15 which guarantees the right to equality and freedom from discrimination fundamentally entrenches human rights protection on a constitutional level.

Section 15 of the Charter states,

“Every individual is equal before and under the law and has the right to the equal protection and equal benefit of the law without discrimination and, in particular, without discrimination based on race, national or ethnic origin, colour, religion, sex, age or mental or physical disability.”

This list consists of both enumerated grounds and analogous grounds. Enumerated grounds are simply listed within Section 15, such as sex or age. Analogous grounds, are protected grounds that are established in the common law and have been described as “a personal characteristic that is immutable or changeable only at unacceptable cost to personal identity.” Examples of analogous grounds are; citizenship, sexual orientation, marital status and Aboriginality-residence. While human rights legislation is intended to be exhaustive, Section 15 has been interpreted as being open ended.

Human rights legislation prohibits discriminatory practices in both the private and public sectors, but only with respect to certain economic activities, such as employment and publicly available services and accommodation. While the Canadian Charter of Rights and Freedoms applies to any federal, provincial or municipal law or regulation, as well as to any governmental activity.

There are some potential drawbacks from initiating a compliant using the Charter. An individual can only use the Charter to challenge a governmental decision, action or law (such as the Ontario Code) on the grounds that it does not offer the protection to individuals provided by the Charter. Additionally, unlike informal tribunal adjudication, complaints of a Charter infringement or breach must be filed in a Court of the Queens Bench or Superior Court and may be more costly to pursue a claim than at a designated human rights tribunal.

Où et comment porter plainte ?

Où et comment devrais-je commencer une plainte ?

Vos droits de la personne sont protégés dans un certain nombre de lois et de juridictions différentes. Grâce au système de gouvernement fédéralisé avec une division des pouvoirs législatifs, des lois sur les droits de la personne ont été adoptées au Canada aux niveaux fédéral, provinciaux et territoriaux.

La protection des droits de la personne ne se limite pas aux lois fédérales et provinciales. Les droits de la personne ont été protégés de manière plus fondamentale après les révisions constitutionnelles de la Loi constitutionnelle de 1982, plus précisément de la Charte canadienne des droits et libertés. Ces trois sources principales de droits de de la personne seront décrites plus en détail.

Protection fédérale des droits de l’homme

La Loi canadienne sur les droits de la personne du gouvernement fédéral s’applique aux ministères et organismes fédéraux, aux sociétés de la Couronne et aux entreprises sous réglementation fédérale (p. Ex. Les services bancaires, le transport et la radiodiffusion), par exemple Postes Canada. La Loi canadienne sur les droits de la personne du gouvernement fédéral sert de loi constitutive, ou de législation en vigueur, au Tribunal canadien des droits de la personne, qui est moins formel et moins coûteux, ainsi que plus rapide que le processus juridictionnel complet.

Le site web du Tribunal canadien des droits de la personne est disponible ici et fournit un guide sur la manière de déposer une plainte ou une demande. Une liste complète de leurs décisions est disponible gratuitement sur CanLii. Leur loi habilitante, la Loi canadienne sur les droits de la personne, se trouve ici. La Commission canadienne des droits de la personne promeut le mandat de la Loi canadienne sur les droits de la personne et encourage la vision d’une société inclusive sans discrimination, son site web peut être trouvé ici.

Protection provinciale des droits de l’homme

Toutes les provinces et tous les territoires du Canada ont leurs codes et tribunaux des droits de la personne respectifs qui traitent des questions relatives aux droits de la personne. Les droits de la personne relevant de la compétence fédérale régissent les entreprises fédérales, tandis que le droit provincial réglemente les autres entreprises et fournisseurs de services. Cependant, les lois fédérales et provinciales sur les droits de la personne interdisent la discrimination dans tous les aspects de l’emploi : la location et la vente de biens immobiliers, l’hébergement, les services et installations publics, l’affiliation à des syndicats et à des associations professionnelles et la diffusion de propagande haineuse.

La Commission canadienne des droits de la personne fournit un exemple illustratif. Dans le cas où vous auriez une plainte concernant une pratique exercée dans un bureau de bande d’une réserve des Premières nations relèverait d’un tribunal fédéral des droits de la personne, alors qu’une plainte contre une station-service privée d’une réserve des Premières nations relèverait d’un tribunal provincial des droits de la personne.

Un autre exemple révélateur de Nancy Holmes :

« [Un propriétaire d’immeuble à Vancouver refuse de louer à un autochtone. Une plainte de discrimination devrait être déposée auprès du Conseil des droits de l’homme de la Colombie-Britannique, car il s’agit d’un cas de discrimination commis par un particulier. Il n’est ni sanctionné par la loi ni par le gouvernement. Étant donné que la location d’appartements privés relève de la compétence des provinces, le recours serait exercé par la commission des droits de la personne compétente, plutôt que par le gouvernement fédéral.] »

La Charte canadienne des droits et libertés et la Loi constitutionnelle (1982)

Le paragraphe 52 (1) de la Loi constitutionnelle de 1982 stipule que « La Constitution du Canada est la loi suprême du Canada. Toute loi incompatible avec les dispositions de la Constitution est inopérante. » Cette primauté constitutionnelle, en conjonction avec l’article 15, qui garantit le droit à l’égalité et à l’absence de discrimination, consacre fondamentalement la protection des droits de l’homme au niveau constitutionnel.

L’article 15 de la Charte dicte ce qui suit :

« Tous les individus sont égaux devant la loi et ont droit à la même protection et au même bénéfice de la loi, sans discrimination ni, en particulier, sans discrimination fondée sur la race, l’origine nationale ou ethnique, la couleur, la religion, le sexe, le sexe, l’âge ou le handicap mental ou physique. »

Cette liste comprend à la fois des motifs énumérés et des motifs analogues. Les motifs énumérés sont simplement énumérés à la section 15, tels que le sexe ou l’âge. Les motifs analogues sont des motifs protégés qui sont établis dans la common law et qui ont été décrits comme « une caractéristique personnelle immuable ou ne pouvant changer que moyennant un coût inacceptable pour l’identité personnelle ». La citoyenneté, l’orientation sexuelle, l’état matrimonial et la résidence autochtone sont des exemples de ces motifs analogues. Bien que la législation sur les droits de la personne se veut exhaustive, l’article 15 a été interprété comme étant non-exhaustif.

La législation sur les droits de la personne interdit les pratiques discriminatoires dans les secteurs privé et public, mais uniquement dans le cadre de certaines activités économiques, telles que l’emploi, les services accessibles au public et les logements. Toutefois, la Charte canadienne des droits et libertés s’applique à toute loi ou réglementation fédérale, provinciale ou municipale, ainsi qu’à toute activité gouvernementale.

Il y a des inconvénients potentiels à initier une conformité avec la Charte. Un individu ne peut utiliser la Charte que pour contester une décision, une action ou une loi d’un gouvernement (tel que le Code de l’Ontario) au motif qu’il n’offre pas la protection offerte aux individus par la Charte. De plus, contrairement aux décisions informelles des tribunaux, les plaintes pour violation de la Charte doivent être déposées devant un tribunal de la Cour suprême du Canada ou une cour supérieure, ce qui peut coûter plus cher en justice que devant un tribunal des droits de la personne désigné.